Skip to content Skip to footer

Des inconvénients et contraintes non négligeables

Vie de famille quasi-incompatible

Pour celles et ceux qui ont déjà un foyer ou rêveraient de fonder une famille au sein d’une tiny house, la désillusion risque d’être grande. Il y a d’ailleurs très peu de témoignages (en France) de parents heureux dans ce type d’habitat. Et pour une raison simple : si un couple d’adultes peut parfaitement s’accommoder du minimum pour vivre au quotidien, la vie à bord avec un, et encore plus avec deux enfants, dans un espace aussi réduit est extrêmement compliqué à gérer au jour le jour. Les enfants, surtout en bas âge, ont besoin d’un minimum d’espace et il faut gérer la vie sociale (école, santé, vacances scolaires, ..)

Tiny House – Les P’tites Pénates – Photo Gérard Allard

Ce n’est pas infaisable, certains le font en bateau, en camping ou dans une chambre de bonne parisienne, mais tous vous le diront : au détriment du confort de vie.

Il faut donc bien se préparer aux inconvénients avant de se lancer.

Si vous vivez en famille dans une tiny house, votre témoignage en commentaire sera le bienvenu.

Solidité sur le long terme

Qui dit mobilité, dit déplacement sur des routes françaises, avec l’état du réseau routier qu’on lui connaît actuellement. Quid alors de la solidité de la remorque et des assemblages de la tiny house ? Difficile de juger aujourd’hui compte tenu du peu de recul sur le sujet.

Prenez donc soin de votre attelage lors de vos déplacements en limitant votre vitesse sur les réseaux secondaires. Il serait contradictoire de vous conseiller de limiter également vos déplacements. Si toutefois vous comptez beaucoup vous déplacer, ne lésinez pas sur le choix du plateau de la remorque et des matériaux. Un essieu cassé et votre tiny devient sédentaire !

Autonomie relative

Le rêve de tout tinyiste (nom donné aux adeptes de la tiny house) est d’atteindre l’autonomie, ne plus dépendre des réseaux collectifs pour pouvoir stationner où bon lui semble (voir plus bas les réglementations). Pourtant, ce Graal n’est pas accessible si facilement, car il faudra jongler entre surpoids de l’équipement et consommation énergétique. Pas simple !

Panneaux solaires sur Tiny House

Pour l’électricité, on peut ajouter des panneaux solaires. Encore faut-il qu’il y ait du soleil ? Alors ajoutons quelques batteries pour stocker l’énergie. Oui mais voilà, elles pèsent lourd, très lourd ! Il va falloir donc limiter l’usage de l’électricité à quelques appareils et pendant les sunlights.

Pour se chauffer, si vous voulez éviter l’usage d’énergies fossiles telles que le gaz ou le pétrole, les solutions vont être très limitées. Car bien que le bois soit une énergie renouvelable très avantageuse, il faudra s’approvisionner et surtout le stocker.

Pour l’eau, ça se corse un peu plus. La récupération d’eau de pluie est assez limitée, compte tenu de la surface d’une toiture de tiny house. Et celle-ci ne peut être réservée qu’à quelques usages (toilettes, lessive, arrosage). Ainsi, comptez pour une Tiny ayant une surface de 15m² avec une pluviométrie moyenne de 800 mm/an, environ 12.000 litres/an soit une trentaine de litres par jour. Et ceci reste théorique, car l’été vos besoins en eau sont supérieurs bien que vous en disposez de moins ! L’approvisionnement à un réseau collectif semble donc inévitable.

Pour l’eau chaude, il n’existe malheureusement que peu de solutions : le chauffe-eau solaire ou au gaz (l’électrique étant trop énergivore). Pour le premier, il est très avantageux mais très pénalisant en poids. Pour le second, il faudra se sacrifier aux énergies fossiles.

Enfin pour la cuisine, si vous voulez limiter vos consommations électriques, les plaques électriques et le micro-ondes sont à déconseiller. Le gaz reste une alternative malheureusement inévitable.

Pour approfondir la problématique, le site micro-maison.com fait un bel état des lieux sur ce sujet.

Traction compliquée

A la problématique de dimension pour la route, il faudra ajouter celle du permis de conduire. Il vous faudra en effet être titulaire du permis :

  1. B+ (code B96, 7 h de code) : pour un PTAC* entre 3,5t et 4,25t
  2. BE pour un  PTAC du véhicule et de la remorque ne dépassant pas 4,25 tonnes.

Tiny-house Giant tractée

Si votre Tiny atteint 3,5t, le permis BE sera donc indispensable (il n’existe pas de voiture à mois de 700kg capable de tirer une tiny !

A cela, il faudra ajouter l’assurance. Il y a peu d’agents qui acceptent d’assurer à la fois la tiny house et le véhicule. Il y a en effet assez peu de recul sur les risques incendies, vols et autres sinistres sur ce type d’habitation. Et sachez, qu’en début d’année 2017, 2 tiny houses ont été volées en plein jour dans la région parisienne. Heureusement, l’une d’entre elle a été rapidement retrouvée grâce à un appel lancé sur Facebook.

Pour la tiny, si vous ne comptez pas faire beaucoup de déplacements, il existe une astuce : prendre une assurance « Mobile-home » et prévenir l’agent lorsqu’un déplacement est prévu. Normalement, il ne devrait pas y avoir de surcoût. D’après un sondage du groupe Collectif Tiny House, la Maif, Axa, Groupama et Allianz sont les assureurs les plus susceptibles de mettre en place un contrat pour votre tiny.

[Edit 05/04/2017] voir commentaires pour les assurances MAIF et MAAF

Leave a comment

Go To Top